Marseille : Un peu d’histoire

banniere

 

Marseille est la plus ancienne ville de France. Son architecture actuelle et sa population sont le reflet de 2600 ans d’histoire.

Ville ­d’accueil et d’immigration du berceau méditerranéen, Marseille s’est au fil du temps constituée une identité forte bénéficiant d’une culture plurielle. Au cours des périodes glorieuses et prospères comme des phases de crises, la ville et ses habitants ont fait preuve de résistance et de réactivité.

Souvent caricaturée, Marseille a toujours suscité un intérêt particulier et stimulé l’imaginaire des Français. La ville est fière de sa différence et de son appartenance identitaire forte, résultats de son histoire exceptionnelle.

 

-600 avant JC : La naissance

L’histoire de Marseille commence par un roman d’amour entre Protis, le Phocéen, et Gyptis, la Ligure. Lui, appartient à un groupe de navigateurs grecs, venus de Phocée, un port d’Ionie situé en Asie Mineure, à l’autre bout de la Méditerranée.

Elle est la fille du roi Nann de Ligurie, territoire reliant la France du sud-est à l’Italie. Les marins phocéens découvrent, à peine visible, un port orienté d’est en ouest et facile à défendre. Décidés à y construire une ville, ils envoient Protis en repérage afin d’obtenir l’accord et l’amitié du roi des lieux.

Protis débarque dans le port de Ligurie, le jour-même où le roi Nann marie sa fille Gyptis. Elle doit choisir son futur époux durant le banquet en lui offrant à boire et c’est vers Protis qu’elle se tourne et tend la coupe. En dot, Protis et Gyptis acquièrent le territoire tant convoité qui deviendra Marseille.

Massalia est née de la rencontre improbable de ces deux êtres, environ 600 ans avant J.-C.

 

-100 avant JC : le port

C’est à cette époque que le port est aménagé. Un bassin est creusé au nord-est du Vieux Port, au niveau de l’actuelle Place aux Huiles. A partir de cette époque, Marseille cherchera à s’imposer sur les différentes routes commerciales vers et depuis l’ouest et le sud.

 

1000 – 1300 après J-C : essor économique

Au XIe s, l’essentiel de la vie religieuse se situe autour de l’Abbaye St Victor, qui voit l’élection de son 1er abbé. Marseille est le centre d’une activité religieuse importante. Au XIIe s, elle connaît un nouvel équilibre, bien qu’elle soit au centre de luttes politiques.

En raison de l’essor de la vie économique, la population marseillaise a augmenté de façon considérable au XIIe et XIIIe siècle. A cette époque, la république marseillaise n’est pas encore une démocratie. Le pouvoir appartient à une oligarchie marchande.

 

1500 après J-C : Marseille devient une place forte

La rade marseillaise deviendra peu à peu place forte à partir du XVIe siècle sous l’impulsion de François 1er qui y fit construire une forteresse : la Tour Saint Jean. Le Fort Saint Jean et le Fort Saint Nicolas, seront ensuite édifiés sous l’égide de Louis XIV pour protéger la rade et surveiller les marseillais, assez peu d’accord avec sa politique. Louis XIV constitue également une puissante Flotte des Galères à partir de 1665.

 

1700 après J-C : explosion du commerce maritime

Le début du XVIIIe s marque durement la ville, la peste de 1720 faisant 30 000 à 35 000 morts sur une population de 90 000 habitants. La Canebière, devient une grande artère qui descend jusqu’au Vieux Port et donne naissance à un centre des affaires.

Le port de Marseille, qui possède la plus ancienne Chambre de Commerce de France (fondée en 1599), acquiert une notoriété Mondiale. Avec cet essor du commerce, la démographie explose et situe désormais Marseille au 3ème rang des villes françaises.

 

1800 après J-C : modernisation et diversification industrielle

En 1839 est inauguré l’Arc de Triomphe, qui marque l’entrée de la Ville au niveau de l’actuelle porte d’Aix. La ville se modernise avec l’arrivée de l’eau de la Durance, célébrée par la construction du Palais Longchamp en 1869. La ville connaît un essor industriel considérable avec des huileries, savonneries, minoterie, raffineries de sucre et manufacture des Tabacs qui s’adossent au port plus que jamais dynamique.

A cette période sont lancés de grands travaux d’aménagement : La promenade de la Corniche (1848), actuelle corniche Kennedy ou la construction de la rue Impériale (1870), actuelle rue de la République, par exemple.

Avec l’agrandissement constant de la ville naît le service d’Omnibus de Marseille qui opèrera de 1840 à 1879, relayé par le Tramway de la compagnie Générale des tramways pendant trois quarts de siècle. L’accès au centre ville est facilité par l’édification de la Gare Saint Charles sur une butte (1845) en haut du boulevard d’Athènes. En 1890 naît le Ferry Boat qui permet de traverser le Vieux Port.

 

1900 après J-C : conflits mondiaux et mutation de l’activité économique

Marseille compte 500 000 habitants au début du XXieme siècle. De très nombreux immigrants sont attirés par cette ville au fort potentiel économique. Les vagues se succèdent en fonction des événements géopolitiques du monde : Italiens aux débuts du siècle, Arméniens durant le génocide, Nord Africains à partir de 1950…

A partir des années 80, Marseille entame sa mutation économique en développant des activités qui la place à la pointe de la technologie et la repositionne en tant que centre économique de premier plan.

 

 

 

tout en haut !RechercherRéserverMenuAccueil